La défiscalisation avec Gaudy !

La défiscalisation : Un avantage fiscal proposé dans divers domaines

La défiscalisation est un sujet de plus en plus abordé par les contribuables, elle représente une méthode intéressante notamment pour obtenir un avantage fiscal. Il suffit pour cela d’opter pour diverses techniques en lien avec des acquisitions anciennes ou neuves en France ou dans les DOM-TOM. Des lois ont ainsi été mises en place depuis 1913 pour faciliter l’accès aux réductions qui sont parfois conséquentes. Contrairement aux idées reçues, elle ne s’articule pas uniquement autour de l’immobilier, car d’autres secteurs sont compatibles.

En effet, un avantage fiscal sera en mesure d’être au rendez-vous pour les PME, les forêts ou encore les vignes, et même l’art. En s’intéressant à ces différents domaines, les réductions sont susceptibles d’atteindre une somme conséquente au cours d’une année. Toutefois, il ne faut pas se lancer sans obtenir quelques données précises. Tous les dispositifs sont régis par des textes officiels, ils mettent en avant les conditions à remplir pour jouir de ce bénéfice. La défiscalisation comporte des subtilités importantes que ce soit pour un particulier ou une entreprise. Une mauvaise acquisition peut donc entacher l’espoir d’obtenir cette réduction appliquée par l’administration fiscale.

L’immobilier offre une multitude de possibilités

C’est le secteur le plus prisé puisqu’il est largement mis en avant par les politiques. Il faut noter que le gouvernement peut ainsi accroître les plans de construction grâce à une méthode de défiscalisation. Cela permet de répondre à une forte demande alors que le parc immobilier n’est pas celui escompté. De nombreux dispositifs sont au rendez-vous, mais ils ne donnent pas accès à la même réduction. C’est pour cette raison qu’il sera judicieux d’étudier toutes les possibilités pour identifier la plus attractive.

De plus, le gouvernement favorise les acquisitions avec une SCI (Société Civile Immobilière) qui facilite la transmission du patrimoine aux descendants. La gestion des biens devient très accessible.

Des réductions pour l’ancien et le neuf

En voulant inciter les contribuables à investir, l’Etat a dégainé une mesure phare à savoir la loi Pinel qui permet de défiscaliser le prix d’achat à hauteur de 21%. Ce n’est tout de même pas le seul procédé valable pour un investissement dans un bâtiment neuf. Les contribuables pourront opter pour : Pour les logements neufs, deux statuts sont aussi présents à savoir le LMNP (Loueur Meublé Non Professionnel) qui ne bénéficie pas d’une inscription au Registre du Commerce et des Sociétés ainsi que le LMP (Loueur Meublé Professionnel) avec des revenus annuels au-dessus de 23 000 euros.

Pour le gouvernement, cet investissement locatif dans le neuf permet de vendre rapidement des programmes, mais des demeures demandent quelques aménagements lorsqu’elles sont anciennes. L’État a également prévu des dispositifs de défiscalisation : Cela valorise le patrimoine français en sauvegardant quelques zones réputées.

Des pourcentages plus attractifs dans les DOM-TOM

La métropole n’est pas la seule à être concernée par la défiscalisation puisque les DOM-TOM ont même la particularité d’offrir des pourcentages parfois plus intéressants avec : Lorsque les vacances sont terminées, les DOM-TOM sont souvent au cœur d’un attrait particulier, les contribuables sont ainsi nombreux à investir lors de leur retour de congés. Cela permet une mise en valeur de certaines zones tout en attirant les touristes.

Les contribuables s’intéressent aussi à l’art

Un avantage disponible pour des antiquités et des voitures

L’immobilier n’est donc pas le seul secteur compatible, les œuvres d’art ouvrent aussi des droits à la défiscalisation. Seuls les passionnés connaissent l’importance de cette valeur refuge, car elle a la particularité de prendre en compte tous les anciens documents, les toiles, les bijoux ainsi que les meubles d’antan dont la valeur est précieuse, les antiquités… Contrairement à certaines idées préconçues, les voitures de collection permettent aussi d’obtenir un avantage fiscal parfois important.

Une rentabilité à prévoir sur 5 ans

Les bénéficiaires sont surtout des foyers aisés dont le montant de l’ISF est élevé. Les familles les plus modestes ont l’occasion de jouir de ce dispositif qui s’articule autour de plusieurs pourcentages en matière de fiscalité. Il est judicieux de se renseigner le plus possible pour choisir la bonne méthode en fonction de sa propre situation : vente, plus-value, transmission… Il est dans tous les cas primordial d’insister sur le fait qu’il est nécessaire de posséder une œuvre pendant plus de 5 ans pour obtenir une rentabilité.

Les amateurs de vin seront ravis avec une rentabilité de 3%

Choisir un Groupement Foncier Viticole

En France, le potentiel en matière de vignes est important puisqu’il existe de nombreuses maisons renommées. Cette méthode de défiscalisation a l’avantage d’accompagner cette passion par une réduction. Le fonctionnement demande une petite attention, car il sera nécessaire d’intégrer un Groupement Foncier Viticole. Si certains se questionnent sur cet intérêt, il s’articule autour de la gestion puisqu’un spécialiste s’occupe de cette branche.

Une rentabilité de l’ordre de 3%

De plus, pour un investissement dans les vignes, l’administration fiscale proposera une exonération de 75% pour la transmission ainsi que 50% pour l’ISF. Si ces pourcentages ne sont pas très évocateurs pour les contribuables, il suffit de parler de rentabilité pour savoir que ce domaine est intéressant. Elle sera autour de 3%, elle est donc élevée par rapport à des solutions d’épargne qui sont parfois en dessous de 1%. Quelques suppléments sont aussi à ajouter puisque les exploitants des vignes ont tendance à appliquer des prix préférentiels sur de très bonnes bouteilles de leur cuvée.

La forêt est aussi efficace en matière de défiscalisation

Un avantage fiscal aux alentours de 18%

Avec les vignes, il est relativement simple de s’imaginer qu’il sera possible de jouir d’un avantage fiscal. En effet, la location d’un terrain permet de l’exploiter pour la commercialisation du vin. Par contre, l’utilité des forêts n’est pas aussi explicite pour de nombreux contribuables. Pourtant, un couple aura par exemple l’opportunité de bénéficier d’une réduction non négligeable aux alentours de 2000 euros grâce à un pourcentage de l’ordre de 18%.

Miser sur des essences rentables

Si des Français pensent que cette solution est récente, ils se trompent, elle est en vigueur depuis 1999. Il suffit d’acquérir un terrain pour obtenir une exonération des droits de succession ainsi qu’un avantage fiscal, mais quelques subtilités doivent être maîtrisées. Deux cas de figure sont observés, il y a l’achat d’un terrain nu, il sera nécessaire de le boiser en se focalisant sur des essences spécifiques. En parallèle, l’acquisition peut concerner une forêt intéressante au vu du bois présent.

Cette solution a la particularité de sauvegarder le patrimoine, la forêt repose sur une matière première renouvelable. Le bois a aussi une utilité attractive depuis quelques années, nombreux sont ceux qui ont délaissé les chauffages classiques pour revenir aux cheminées, poêles… La défiscalisation est attrayante, mais un tel investissement demandera bien sûr un entretien, il sera judicieux de remplacer les essences coupées, de supprimer les arbres considérés comme dangereux, de laisser un espace pour les chasseurs…

De ce fait, l’avantage fiscal ne sera pas aussi simple à obtenir que celui généré par un investissement locatif traditionnel, mais il permet tout de même de sauvegarder la planète.

Investir dans une PME peut aussi être judicieux

Vous pourrez ainsi constater que les méthodes de défiscalisation sont beaucoup plus nombreuses. Parmi elles, il suffit de comptabiliser la Loi Madelin qui demande un investissement dans les PME en France ou en Europe. Lorsqu’il sera au maximum de 90 000 euros, un contribuable pourra jouir d’un avantage de 45 000 euros sur l’ISF. Pour ne pas privilégier seulement les foyers fortement imposés, le gouvernement offre une défiscalisation au niveau de l’IR. Pour cet impôt, un pourcentage de 18% sera appliqué dans la limite de 9000 euros pour un célibataire.

Plusieurs PME sont éligibles, elles doivent être soumises à l’IS ou à l’IR tout en employant entre 2 et 250 personnes. Ces conditions offrent ainsi un large choix que ce soit en France ou dans l’Union européenne.